CHANTIER RUISSEAU

CHANTIER RUISSEAU DE KERIVALLAN.
Bonjour à tous,
Les chantiers de restauration morphologique se poursuivent pendant que les eaux ne sont pas trop hautes, et que les sols supportent le passage des remorques de cailloux. Samedi 17 octobre nous avons pratiquement achevé le gros œuvre du chantier d'une des branches du kERGROIX (Voir photo). Demain et après-demain nous entamons la restauration du ruisseau de la Villeneuve avec des Jeunes de Brech. Et dimanche prochain nous vous invitons à venir faire des caches à truite sur le ruisseau du Kerivallan. Les pierres doivent arriver demain ou après-demain. Ce chantier est dans la continuité de la zone à frayères faite sur la partie amont en 2019.
Donc venez avec vos gants, vos bottes, et une brouette pour ceux qui en disposent. Les mesures sanitaires en vigueur sont applicables et en cas de dépassement des seuils il sera créé 2 groupes sur chacune des parties amont et aval séparées de 50 ml.
RENDEZ VOUS à 9 h AU ROND POINT DE CORN ER HOUET en BRECH
DIMANCHE 25 OCTOBRE 2020
La ville de Brech s’engage aux côtés de l’aappma la gaule alréenne pour restaurer des frayères à truites sur le ruisseau de la Villeneuve affluant du Kérivallan. La préparation du chantier a été effectuée par les services municipaux. Des tas de cailloux 40/60 et de graviers 10/30 ont été déposés le long du ruisseau. Ces matériaux seront étalés sur le fond du ruisseau par les ados de l’espace jeune fin octobre. Les grosses pierres seront placées tous les 5 mètres pour diversifier l’écoulement de l’eau et servant aussi de caches pour les truites. Ce projet a été rendu possible grâce ˋl’accord d’un propriétaire riverain.
La restauration morphologique des cours d’eau a pour objectif d’augmenter les populations de truites sauvages qui sont un bon indicateur de la qualité de l’eau. Cet objectif s’inscrit aussi dans la restauration du patrimoine naturel et de la biodiversité, bien commun de tous les habitants de Brech.

Achat rive du Loch à Pont Neuf

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la Gaule Alréenne et la Fédération de Pêche du Morbihan sont, après moulte rebondissement, propriétaires en rive droite, des trois quart du linéaire du parcours no kill, dit de "Pont Neuf" sur le Loch.
Un achat qui pérennisera le loisir pêche sur le Loch sur un parcours qui a reçu l'investissement financier de différents acteurs de l'eau, et beaucoup de travail de la part des bénévoles.
Une vitrine pour l'implication que nous avons pour l'eau et les pêcheurs.
Un remerciement tout particulier à M. et Mme ROBBE, ainsi que la
Fédération de Pêche du Morbihan

initiation pêche d'été

 

C'est l'été, saison de la pêche conviviale.

SI cela vous intéresse, voyez avec l'association de tourisme de Pluvigner. , il y a encore 4 initiation pêche au coup.

Bonne vacances pour les chanceux 🙂.

Un bel exemple dans l'action

A la demande du Syndicat Mixte de la Ria d’Etel quatre techniciens de la Fédération de Pêche du

Morbihan sont venus faire un inventaire piscicole ce jour du 09 juillet 2020 sur un tronçon de rivière

restauré morphologiquement en 2018 et 2019 par l’AAPPMA La Gaule Alréenne, près du village de

Kerguen en Landaul.

Le Kergroix, emblématique rivière à salmonidés du Pays d’Auray avait eu le privilège d’attirer

l’attention des dirigeants du Syndicat de la Ria et de sa technicienne. Un budget lui avait été alloué

dans le cadre du Contrat Territorial Milieu Aquatique 2015-2019 pour des travaux d’entretien et de

restauration des habitats et de la ripisylve, l’objectif attendu étant de dynamiser les populations

naturelles de ce petit fleuve côtier.

Un premier inventaire avait été réalisé en juillet 2018 avant travaux. Après les aménagements le

profil du cours d’eau a été modifié et offre maintenant une diversité d’écoulement et de cachettes

profitable à la faune aquatique. Les pêcheurs le savaient déjà, et la pêche électrique l’a confirmé, les

habitats créés accueillent en grand nombre toutes les classes d’âge, et toutes les espèces habituelles

d’une rivière d’eau vive de première catégorie : truites, anguilles, et leurs poissons

d’accompagnement : vairons, chabots, loches, lamproie de planer. Pour les espèces cible on a ainsi

pris 52 anguilles de toutes tailles, et 48 truites de 5 cm à 33 cm ! C’est-à-dire des poissons de moins

d’un an à plus de 5 ans.

Cet inventaire montre la qualité du biotope de ce cours d’eau, et en même temps c’est un indicateur

de la qualité de l’eau qui va s’écouler dans la Ria. Ainsi la satisfaction du monde de la pêche de loisir

rejoint les intérêts de tous les usagers de l’eau , de la terre et de la mer.

règlement et bonnes pratiques

 

Nous avons été informés de la présence de pêcheurs sur le déversoir du moulin de Tréauray et de sa pratique dans la passe à poisson.

Nous rappelons que marcher sur le déversoir est dangereux et interdit du fait qu'il fait parti d'un terrain privé et que la pratique de la pêche dans les passes à poissons l'est aussi.

Nous rappelons aussi qu'il est nécessaire de rester cordiale avec les propriétaires riverains, nous sommes chez eux.

Nous espérons que la bonne conduite de chacun permettra une entente et une pratique durable.

ECHOS DES RADIERS

La pêche en rivière a ré-ouverte depuis le 11 mai et les prises de truites ne se sont pas fait attendre.

L'ouverture post confinement fut bonne sur le Kergroix avec beaucoup de poissons actifs. Plusieurs truites autour de 30 cm d'attrapé.

Sur le Loch, la nouvelle réglementation est en bonne voie avec deux truites de 35 cm, puis bien sûr remise à l'eau par deux membres du C.A de la Gaule Alréenne.
L'eau est belle mais avec cette chaleur, la température de l'eau s'en ressent à cause des seuils de moulins et surtout l'étang de la Forêt. Les blancs en profitent pour sortir de leur torpeur hivernale. Beaucoup de petites truites comme sur le Kergroix alors on écrase SVP les ardillons.

PS: on remplit son carnet de capture aussi.

Sur le SAL une truite de 39 cm fut prise aussi par un membre du C.A, nous n'avons pas la certitude d'un poisson sauvage car l'AAPPMA de Vannes lâche du poisson en début de saison, à confirmer.

L'automne prochain cela fera 3 ans que le barrage de Pont Sal n'est plus. La nature reprend doucement ses droits.
Un parcours qui est très prometteur et que nous mettrons en avant
PS: la pêche y est toujours interdite, laissons la nature reprendre ses droits.

Une vidéo à notre image

Notre association a soutenu financièrement cette vidéo car elle est l'idée que notre AAPPMA se fait de son devoir envers les pêcheurs et le milieu aquatique.

[INVENTAIRE BROCHETS 2019]
Mercredi 15 Mai 2019, nous étions aux côtés de la Fédération de Pêche du Morbihan pour la réalisation d'un indice d'abondance Brochets sur la retenue de Tréauray !!
Bilan : La reproduction a très bien fonctionné sur ce début d'année 2019 et les espèces piscicoles sont nombreuses, les brochets ont de quoi manger !

Pour une pêche Eco- Responsable

      

Notre AAPPMA est pour une pêche éco-responsable et vous invite à profiter d'une pochette d'hameçons simples pour leurres, remboursé à hauteur de 75% chez https://www.alre-peche.com/ Auray, si détenteur d'une carte de pêche au non de la Gaule Alréenne 🙂

 

Un petit geste pour nous pêcheurs mais un grand geste pour nos camarades de jeu.

Comptage de frayères à saumon

Comptage de frayères à saumon sur le Kergroix.
C’est aussi ça le travail d’une AAPPMA, compter, signifier les problèmes sur les ouvrages puis en analyser les données pour préparer la saison prochaine.

Chantier Frayère

La zone de frayère réhabilitée par les bénévoles est fin prête, encore un peu d'eau et une légère baisse de température, et on espère voir les géniteurs investir ces lieux.
Encore bravo à ceux qui se lèvent tôt le dimanche pour nous offrir une pêche de qualité.👏

Hommes de l'ombre

Hommes de l'ombre.
Nous pouvons tous leur dire merci car sans eux une association n'est rien.

PONT SAL

Chaque année plusieurs pêches électriques sont effectuées par divers organismes pour mesurer plusieurs indices comme l'évolution du stock d'anguilles, de jeunes saumons (tacons) ou encore de truites.
Sur le Sal, après le passage de l'AFB en juin et la Fédération de pêche du Morbihan en octobre, nous pouvons vous confirme la trace de premières truites "pionnières" à l'emplacement de l'ancienne retenue de Pont Sal. Pas de gros poissons mais des truites de quelques mois (0+) et un an et plus (1+).
Cette présence est très encourageante et montre bien comme la nature a horreur du vide.
Mais tout reste fragile, il faudra plusieurs crues morphogènes pour que le lit du Sal définisse son cours et beaucoup de temps aussi avant que toute la vie aquatique retrouve sa place.
5 ans est le temps requis pour parler d'une stabilisation, de plus nous vous rappelons que la pêche est formellement interdite à Pont Sal.

Indice anguilles sur le Sal

Nous avons eu les résultats de l'inventaire anguille en mont du chemin de fer et de l'ancienne retenue de Pont Sal, les chiffres sont nettement supérieur depuis l'arasement de ce dernier.

L'espoir est là pour les autres espèces migratrices.

 

Photos: Michel Le Boudec

continuité sur le Kergroix

Le kergroix est suivi par le SMRE (Syndicat Mixe de la Ria d'Etel). Travail fait conjointement avec notre association pour l'entretien et aussi avec la FD pour la mophologie. Le troisième volet est la continuité écologique. Ici le bâti de la passe à été conservé mais les opercules ont été changés. Avant le passage était assuré par"jet plongeant", fiable pour les poissons sautant comme les salmonidés mais insurmontable pour le reste. Des travaux ont été effectués, mettant en place des fentes verticales, qu'on appelle passe à échancrures latérales. Cette conception a le gros avantage d'être multi espèces.

Pour émerveiller les petits et les grands.

 

Travaux sur le milieu

Inscrit dans le SMRE " Syndicat Mixe de la Ria d'Etel", des travaux de morphologies sont effectués sur le Kergroix sous la responsabilité de la Fédération de pêche du Morbihan et de l'AAPPMA La Gaule Alréenne sur 330 mètres.

Pour l'année prochaine, une autre tranche de travaux un peu plus importante sera reconduite.

 

Chantier rivière

 

Bonjour,

Notre association organise une journée d'entretien samedi 28 octobre au matin sur le Loch au parcours de Pont neuf, sur sa partie haute.

Après quelques passages venteux, plusieurs saules et un gros chêne sont tombés en travers du lit de la rivière, rendant la pêche quasiment impossible à la mouche voir limite pour le leurre. Amputant de ce fait un linéaire non négligeable pour la pratique de notre loisir.

L'accord d'intervenir nous a été donné par les propriétaires riverains, soucieux d'une bonne entente et d'une bonne fonctionnalité du cours d'eau.

La coupe sera faite dans le respect des berges des propriétaires, de la libre circulation de l'eau tout en gardant le plus possible de matière pour favoriser la biodiversité et la tenue de beaux postes susceptibles d'abriter de beaux poissons.

Nous espérons vous voir nombreux car vous êtes plusieurs à apprécier cet endroit et qu'un bon pêcheur est un pêcheur un tant soit peu engagé.

A 10h30 sera organisé une pause casse croûte, où nous aurons le temps de converser avant de reprendre le travail jusqu'à midi, fin du chantier.

Rendez-vous à 8h45 derrière la mairie de Pluvigner.

PS: prévoir bottes ou cuissardes, gants, voir tenue de pluie.

Cordialement,

La Gaule Alréenne


À l’étang de Pont Sal, on   déménage les poissons



En deux semaines, le niveau de l’étang a fortement baissé, rétrécissant considérablement le lit de la rivière. Il va falloir procéder à la récupération des poissons, pour ensuite détruire le barrage.



Pourquoi ? Comment ? Quel est l’intérêt de la destruction du barrage pour les pêcheurs ? 
« Pour les pêcheurs, l’espace ne présentait plus un grand intérêt. La destruction va permettre un retour à l’état naturel et favoriser la migration et le repeuplement de la rivière », précise Anne-Laure Caudal, de la Fédération de pêche du Morbihan, qui espère aussi une amélioration de la qualité de l’eau.« On est sûr que cela sera bien. Pour tous, y compris pour les promeneurs, qui vont retrouver une vallée naturelle. » Ce sera aussi, pour la Fédération, un bel exemple pédagogique. Le premier exemple de suppression d’un barrage dans le Morbihan. Un suivi régulier de la qualité de l’eau et du milieu halieutique sera réalisé, notamment concernant les anguilles, le saumon et la lamproie marine.

Comment se déroule la récupération des poissons ? 
À l’aide d’une senne (1) de 80 m, constituée de flotteurs et de plombs au fond, Philippe Relot et ses employés ratissent le fond de la rivière au niveau du barrage.« Le but est d’encercler les poissons. Le filet possède une poche comme les chaluts. Les poissons sont ensuite récupérés. Seuls les plus gros et les plus intéressants sont gardés », précise Philippe Relot. L’opération est périlleuse car la température de l’eau, de 22 à 25 °C, est élevée. De nombreux pêcheurs sont présents. En curieux, pour voir le déroulement de l’opération mais aussi pour récupérer le poisson. Mais les associations d’Auray et de Vannes auront peu de poissons à se partager. La pêche est bien maigre. Quelques brochets, une grosse carpe, une anguille, quelques brèmes et perches.« Cela confirme ce que l’on pensait. L’étang est en fin de vie, mal géré. L’intérêt halieutique est faible et cela justifie la destruction du barrage », conclut Anne-Laure Caudal. Les gros poissons ont rejoint l’étang de Tréauray. La pêche du deuxième jour ira dans des étangs de Vannes. Les anguilles, elles, seront relâchées en amont du barrage.

Quelles seront les conséquences ? 
La vidange va désormais se poursuivre avant la destruction du barrage. Durant l’été, la vase va se consolider le long des berges. Rapidement, l’enherbement va se faire, comme lors de la vidange du lac de Guerlédan, et permettra de consolider ces berges et de retenir la masse importante de vase. Le site devrait retrouver rapidement un aspect naturel. Filet de pêche encerclant.

Vidange de Pont Sal

Peu à peu l'étang nous laisse deviner le lit du petit fleuve côtier.

 

Photos Michel ARZ.


INTERDICTION TEMPORAIRE ET LOCALISEE DE LA PECHE A TREAURAY

Suite à un changement de propriétaire d'une parcelle attenante mais non riveraine de l'étang, un différend est apparu sur l'accès à la berge à l'endroit dit cale d'accès Saint Degan.Dans une optique de conciliation nous avons interdit temporairement l'exercice de la pêche sur une distance de 200 metres en amont et aval du point d'accès.

 

Des contacts sont établis avec la Mairie de Brech et AQTA pour reborner les limites degager des accès clôturés.Des panneaux vous le signalent sur le site.

 

Zone pêche carpe de nuit.L’arrêté préfectoral du 30 décembre 2016 fixant les règles de la pêche pour 2017 ne mentionne plus la zone de pêche de carpe de nuit en rive droite, sur 100 m en amont de « l’île aux bambous », à proximité du village de St Dégan. Toute pêche y est d’ailleurs interdite.

 

 En revanche le chantier de Pont Brech organisé le 08 janvier 2017 a permis de créer un accès pédestre à la zone de Trézelen, à partir de la passerelle du ruisseau de Kerlambert.

MORTALITÉ PISCICOLE SUR LE LOC'H 

La plainte déposée contre X suite à la mortalité de 2014 a été classée sans suite par le procureur de la République. Les raisons exposées sont : présence d'un plan d'eau légal (retenue) eutrophe générant une altération de la qualité de l'eau et le développement de cyanobactéries, conditions météorologiques exceptionnelles et abaissement de la retenues dans le cadre de travaux sur le barrages. L'AAPPMA a décidé de faire appel à cette décision.

Prise de vue Thierry Charlois  le 24 septembre 2014 au Pont de Treauray, commune Brech-Pluneret, à la limite du domaine maritime, lieu de rassemblement des poissons de la mer et de la rivière.

Le 22 septembre 2014 vers 18 h30 nous sommes alertés par Joseph habitant le Moulin Neuf qu’il a vu des poissons de fort belle taille agoniser en amont de ses vannes. Aussitôt l’alerte a été lancée malgré l’heure tardive. Trente minutes plus tard une dizaine de personnes se retrouvaient à Moulin Neuf devant une table où Joseph avait rassemblé quelques poissons ramassés à la hâte.

Etaient présents entre autres Mr Philippe Roynard garde de l’Office National de l’Eau et du Milieu Aquatique (ONEMA), 2 gendarmes de la Brigade d’Auray,…..

Le lendemain matin il était établi une surveillance du barrage et de la retenue. Au lever du jour la situation semblait presque normale pour un non averti. Des escadrilles de mouettes…….

Et la mortalité a continué toute la semaine sans qu’aucune mesure ne soit prise pour la faire cesser !

Cet accident nous montre une fois de plus, après tous les accidents et incidents du passé des années 2010, 2012, 2013, que la qualité de l’eau ne s’améliore pas et que le milieu aquatique peut en subir de graves conséquences. Heureusement il n’a touché que la moitié de la retenue et 1000 mètres sur la rivière. Les mouvements d’eau d’octobre  ont chassé tous ces mauvais souvenirs, et les survivants vont recoloniser le milieu si on leur en laisse le temps !

Pour essayer de sensibiliser tous les acteurs de l’eau à ce respect du milieu aquatique, l’AAPPMA La Gaule Alréeenne a  portér plainte contre X près de Monsieur le Procureur de la République de Lorient.

(PLUS DE DETAILS par A. Robbe à paraître dans la Rubrique « Actions » du site)

 

Un nouveau poste de pêche à Saint Dégan

 
Nous étions 8 personnes pour ce chantier du 01/05 dont 5 jeunes.
 
Présents : INCANA Charles et Florian, DEWIT Valentin, BRIAND Erwan, RIO Kevin, LEMERLE Claude, MARION Kevin, ARZ Michel.
 
Les cotés sont empierrés et consolidés avec de la terre glaise.
 

Communiqué de Presse « Nous voulons garder Kerloquet »

 

 

       L'article de l'Ouest France du 26 août dernier sur le devenir de  l'étang de Kerloquet en pays de Carnac, nous informe du choix de la municipalité de Carnac de l'arasement du barrage et de l'aménagement du site. A cet effet une étude comportant cette seule solution a été confiée au cabinet Bourgois.

La Gaule Alréenne demande qu'une solution soit envisagée avec consolidation du barrage et son maintien en l'état.

                 

Pour La Gaule Alréenne cet étang fait partie de notre patrimoine, tout comme les menhirs, ou la mer toute proche, et sa disparition nous priverait d’un site remarquable inscrit dans notre mémoire depuis si longtemps déjà. Beaucoup de nos pêcheurs y ont fait leur apprentissage halieutique, et qu’ils soient chevronnés ou novices, ils aiment toujours cet étang. Il a toujours fait l’objet d’un bon suivi de sa population piscicole et abritait au mieux de son fonctionnement des poissons de toutes tailles, du petit gardon de 10 cm à la grosse carpe de 15 kg. Situé sur un petit ruisseau côtier c’est un site de grossissement de trois hectares particulièrement intéressant pour une espèce en danger, l’anguille. Les carnets de capture qui nous ont été transmis le démontrent.

Par ailleurs situé dans une zone dépourvue de rivières il diversifie l’offre de loisir du territoire de Carnac, aussi bien pour les locaux que pour les touristes. Situé dans un paysage particulier mondialement connu, et d’un accès facile, à l’abri des vents océaniques, il attire aussi bien l’admirateur de la nature que le promeneur ou le pêcheur. Notre dépositaire le Camping de la Grande Métairie sait bien que grâce à sa proximité il attire une partie de sa clientèle étrangère, avec succès garanti si l’été manque de soleil.

Compte tenu de l'intérêt halieutique de cet étang, aussi bien pour les habitants du Pays de Carnac et d’Auray, que pour nos visiteurs, « La Gaule Alréenne » ne peut que souhaiter que cet intérêt soit pris en compte par la Commune de Carnac, et que ce patrimoine soit restauré et conservé dans un espace naturel biologique de qualité.

 

 

Pour l’AAPPMA Du Pays d Auray

« La Gaule Alréenne »

l'unanimité du Conseil d'Administration

 

L'étang de Kerloquet sera-t-il supprimé ? - Carnac

lundi 26 août 2013


Après les désordres constatés dans l'ouvrage d'art, le niveau d'eau a été considérablement réduit.

Depuis plusieurs années, le barrage de la retenue d'eau de Kerloquet suscite bien des inquiétudes. Après les désordres constatés dans l'ouvrage d'art, le niveau d'eau a été considérablement réduit : « L'important était de soulager la pression exercée par l'eau sur le barrage. Le péré (parement) du barrage est fissuré en plusieurs endroits. Et surtout l'ouvrage bouge », expliquait Anne Eusèbe, directrice des services techniques, le 10 juillet dernier.

Travaux de réparation ou effacement de l'ouvrage ?

Dès avril 2012, l'idée de procéder à des travaux de réparation était écartée par le premier adjoint : « La réalisation des travaux représenterait un coût de 400 000 à 500 000 € », déclarait alors l'élu en charge des travaux. « Des discussions sont en cours pour savoir s'il est nécessaire de réaliser ces travaux ou si au contraire, il ne serait pas préférable de procéder à un déclassement de l'ouvrage. Cet étang deviendrait alors un plan d'eau de loisirs et l'eau s'évacuerait naturellement par le ruisseau existant » précisait-il le 5 avril 2012.

A ce jour, le niveau de l'eau est maintenu à un niveau très bas. L'estimation financière avancée par le premier adjoint en 2012 est maintenant le chiffre de référence. « Il n'est pas envisageable que la commune dépense une telle somme pour maintenir ce barrage. D'autant plus qu'il y aura ensuite les frais liés à l'entretien. Nous avons d'autres priorités », explique le maire.

Mission d'étude préalable

Lors de sa séance du 19 août dernier, le conseil municipal a abordé le sujet, suite à une interrogation de l'opposition sur une décision du maire. « La mission d'étude préalable que vous confiez au cabinet Bourgois concerne-t-elle seulement la suppression de l'ouvrage ou bien l'étude des deux solutions : mise en transparence et réparation ? »,demandait Olivier Lepick. Après quelques explications, le maire confirmait « qu'il s'agissait bien d'une étude sur l'effacement de l'ouvrage et du réaménagement du site sans oublier un dossier de loi sur l'eau ». La municipalité prend donc l'option de supprimer cet étang.

Depuis juillet, une pétition recueille les signatures des opposants à cette démolition. « Il s'agit d'une partie du patrimoine, même si, à l'origine, cet étang a été créé artificiellement pour permettre l'alimentation en eau de la plage », explique l'un des signataires.

 

Le barrage de Kerloquet va-t-il être démoli ? - Carnac

mercredi 10 juillet 2013


Vue de la route : la végétation a repris ses droits à l'extrémité de l'étang après la baisse du niveau de l'eau.

Devenu propriété de la commune en 2011, l'ouvrage d'art de Kerloquet donne bien du tourment à la commune. A la suite d'un rapport d'expertise des services de l'État sur l'état du barrage, des décisions importantes seront prises dans les mois à venir.

Une baisse drastique du niveau de l'eau

Devant les désordres relevés, la municipalité a immédiatement procédé à une baisse drastique du niveau de l'eau. « L'important était de soulager la pression exercée par l'eau sur le barrage. Le perré (parement) du barrage est fissuré en plusieurs endroits. Et surtout l'ouvrage bouge », explique Anne Eusèbe, directrice des services techniques. « La Direction régionale de l'environnement, de l'Aménagement et du Logement (Dreal) qui est en charge de la gestion des risques, nous impose dans un premier temps une surveillance permanente en attendant des propositions », complète Marc Le Rouzic, adjoint au maire. Il faut donc se résoudre : l'ouvrage est en très mauvais état.

Une étude en cours

Actuellement, les travaux nécessaires concerneraient la consolidation du perré et de l'ouvrage et le déplacement de la vanne de purge pour la rendre immédiatement accessible. Les vannes seraient également à changer. « C'est un coût estimé pour la commune à près de 500 000 € », souligne le premier adjoint. « Cette réserve d'eau était utilisée autrefois pour alimenter Carnac-plage en eau potable. Aujourd'hui, elle ne sert plus. Elle est principalement utilisée par les associations de pêcheurs », poursuit Marc Le Rouzic. Une étude complète a donc été lancée pour savoir quel pourrait être le devenir de cette réserve. Sérieusement envisagé, la démolition ou plus précisément le percement de l'ouvrage, sur une largeur importante pour que la rivière puisse retrouver un lit normal. « Une remise en état d'origine est réclamée par la Police de l'eau. Cette solution pourrait être retenue. Une réunion après la saison devrait être organisée avec les services de l'État », explique la directrice des services techniques. « Pour le moment, la surveillance exercée par nos services est considérée comme satisfaisante en attendant la décision finale », termine Anne Eusèbe.

Un camping en contrebas

La pointe du camping de la Grande-Métairie se trouve en aval du barrage, tout comme le lotissement de Kerdual. C'est pour cette raison que le niveau de l'eau a été baissé. D'autres réclament une reconstruction du barrage pour y maintenir le plan d'eau et éventuellement aménager une base de loisirs.

LOCH,KERHUN PONT NEUF :UNE BONNE PÊCHE .... ELECTRIQUE

Mardi 4 juin

 

Le rendez-vous a eu lieu  à 9 h, à l’entrée du champ de Mr Arhuis, près du village de Kerbasquin en Pluvigner. La pêche a eu lieu à Kerhune, sur la zone aval de la confluence avec le Gouah Lanvel, sur une longueur de 100 ml. Cette zone rectiligne est plutôt lente, avec une lame d'eau assez forte vers l'aval. Le profil transversal et longitudinal a été modifié en septembre 2012 par des apports de pierres de 2 calibres. C’est ce qu’on a appelé le chantier de Pont Neuf du CRE 1, financé à 60 % par l’Agence de l’Eau et le Conseil Général du Morbihan.
Il y avait 5 opérateurs de la Fédération de Pêche avec 2 électrodes de type matin pêcheur (générateur à pile porté sur le dos), 2 épuisettes, et 1 seau. Les élèves et 2 professeures de la classe BTS Gestion et Protection de la Nature du lycée de Kerplouz, quelques pêcheurs, riverains, et amis des milieux aquatiques ont assisté à la pêche, pris des images, et même aidé nos collègues de la Fédé.

 L'inventaire se fait en 2 passages. Cependant la rivière est large, et avec seulement 2 électrodes la possibilité d'échappement est importante.
Les poissons sont stockés dans un vivier à l’aval, puis ils sont triés, comptés, mesurés, pesés, et relâchés.

 Une première pêche d'inventaire, avant travaux, avait été réalisée en début juillet 2012.
Aujourd’hui nos collègues de la Fédé étaient contents de la pêche comparativement à celle de l'an passé, et notamment notre ami Yohann qui a mis en œuvre ce chantier.

La matinée s’est terminée avec le verre de cidre ou de jus de pommes, fabriqués à Pluvigner

Globalement il y a plus de poissons que l’an passé avec cependant des variations importantes sur 3 espèces qui nous intéressent le plus par rapport à l’objectif poursuivi. Les chiffres exacts après dépouillement des relevés seront fournis ultérieurement par Anne Laure.

 

espèces

Nombre juin 2013

Nombre juillet  2012

 

Truite fario

16

1

16 truites de 15 cm à 28 cm

Anguille

36

23

De 20 cm à 70 cm

Chabot

15

4

Majorité poissonnets de 1 an

Lamproie de planer

5

1

?

 

 

 

 

Il faudrait y ajouter nombreux chevesnes de 10 à 25 cm, gardons, vandoises, goujons, loches, vairons, et 1 écrevisse. On peut les voir sur les photos.

Pour les truites c’est indiscutable, l’apport de pierres a multiplié le nombre de caches favorables à ce poisson. Par ailleurs l’examen du dessous des pierres montre qu’elles permettent  à une grande variété d’insectes  de prospérer et de fournir une nourriture supplémentaire aux poissons.

Pour l’instant il n’y a pas de truitelles de moins de 2 ans sur cette zone. Celles de 15 cm correspondent à des poissons nés en mars 2011. Le Gouah Lanvel n’a pas encore produit l’effet escompté. Le rechargement partiel des frayères n’a eu lieu qu’en novembre 2012.  Il faudra sans doute attendre la fin de l’été pour que les jeunes dévalent (s’il y en a eu suffisamment).

Même les anguilles ont trouvé ce biotope particulièrement favorable. On ne s’y attendait pas. Et ce qui est le plus encourageant c’est d’y trouver toutes les classes d’âge.

La présence majoritaire de jeunes chabots montre bien que cette espèce n’attendait que nos pierres pour s’implanter.

Pour les lamproies le chiffre, bien qu’en hausse, est trop faible pour être significatif.

Un fait important est à signaler et confirme la constatation faite à Pont neuf en septembre 2012 par l’ONEMA : ABSENCE de perches et de brochets sur cette zone. C’est plutôt bon pour le retour de la truite.

Ces résultats concrets sont encourageants. Ils montrent qu’une modification significative  de la morphologie du milieu aquatique entraîne immédiatement une réaction positive des organismes vivants. Déjà l’enquête discrète menée par notre « gardien de la rivière » de Pont Neuf montrait un fort taux de satisfaction ce dernier mois en ce qui concerne  la truite fario. Depuis 15 jours on a pu y rencontrer des irlandais et des anglais, spécialistes de la pêche à la mouche !

 

Texte André Robbe

Photos Thierry Charlois

Frayères artificielles résultat 2013

Reproduction naturelle du brochet

Au Pont Neuf le Loch est tout neuf

 

Chantier Loch CRE 1 septembre 2012 Pluvigner-Plumergat , Pont neuf-Kerhun.

 

  

 

Jeudi 13 septembre 2012

Surprise  pour les riverains du Loch dans la tranquillité de la vallée. Toute la matinée d’énormes camions ont fait la navette en direction de la rivière entre Kerbasquin et Kerhun,

Dés janvier des panneaux informait de la prévision d'actions  sur le cours majeur et son affluent, le Gouah Lanvel.

Depuis 30 ans les pêcheurs du Loch ont pu voir leurs prises diminuer considérablement, et notamment les truites. Cette rivière avait pourtant une excellente réputation. Par ailleurs elle sert à alimenter en eau potable tout le Pays d’Auray, et les Pouvoirs Publics ont vu sa qualité baisser progressivement, à un point tel qu’il deviendrait interdit de la distribuer. De nombreuses études ont été réalisées sur le bassin versant. Elles ont d’abord privilégié les actions sur la qualité chimique, puis sur la qualité biologique. On peut citer les actions Loch Mieux, Bretagne Eau Pure 1et 2, les Contrats Restauration Entretien 1, 2, et maintenant les CTMA. Ainsi pendant 20 ans La Gaule Alréenne, de réunions, en commissions ou en comités, a toujours essayé de faire partager sa connaissance et son expérience du milieu aquatique avec un objectif principal, redonner vie à tous nos cours d’eau pour que les jeunes aient à nouveau du goût à les arpenter, aussi bien pour la pêche que pour d’autres activités ludiques.

La présence truite  est un indicateur de la qualité du milieu. Et l’un des constats fait sur le Loch est la pauvreté de l’habitat la truite. Sur la grande partie de son cours il a été transformé en une rivière lente ayant tendance à l’envasement, et dont le lit mineur a été privé des granulats qui constituaient des cachettes privilégiées, ou des lieux de reproduction indispensables à la truite fario. Le Contrat Restauration Entretien n° 1, porté par le Syndicat Mixte du Loch et du Sal, nous a permis d’y remédier sur ce tronçon de la rivière qui avait été jugé inhospitalier. Ces travaux sont réalisés par des professionnels, et ils sont financés par l’Agence de l’Eau à 50 %, à 30 % par le Conseil Général du Morbihan , et à 20 % par les pêcheurs. Pour la constitution du dossier, le plan et suivi des travaux nous avons fait appel à notre Fédération de Pêche, qui a accepté et délégué son technicien Yohann Fuantès sur ce dossier. Mais tout cela n’était possible que si les propriétaires riverains donnaient leur accord pour la modification du faciès du Loch.

Vint six  contactés par La Gaule Alréenne ont adhéré au projet . De plus  dans cette période nous avons bien compris que la rivière intéressait d’autres usagers plus discrets tels les simples promeneurs à pied ou en canoê, les vacanciers des gîtes ruraux. Les photos du site, notamment la bande enherbée en bordure de rivière, démontrent que les agriculteurs sont  sensibilisés  à la preservation de la qualité du cours d'eau. Tous ont accepté notre convention de travaux, et ici  nous  remercions Mr Stéphane Arhuis agriculteur à Plumergat, qui a dû supporter l’ensemble des passages des engins sur ses parcelles.

 

 

Texte André Robbe

Photos Yann Fevrier, Thierry Charlois

LES IMAGES DE REFERENCE

Déroulement du chantier

Pêche electrique d'inventaire sur secteur témoin

Bon état écologique , Le lycée de Kerplouz en renfort ....

 

Dimanche 9 octobre 2011: Un engin sympathique

Inauguration sur notre chantier bénévole d'un nouvel engin, amicalement prété et bien conduit en plus ....par son propriétaire.

Et oui il dépose au cm prêt : blocs, galets ,granulats  avec une portée de 7m  donc sans intrusion dans le cours d'eau. A l'issue pas de trace non plus d'ornières dans la prairie ...

En conclusion avec l' équipe légère présente nous avons réalisé en une matinée ce qui nous avait demandé une saison d'activité bénévole il y a quelques années.

 

Yann FEVRIER

Images et texte

 

IMAGES SOUVENIR DES CHANTIERS

1:Le bon vieux traineau et ses tracteurs humains.

2:Réflexion sur une solution plus efficace

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    andré robbe (mercredi, 12 octobre 2011 12:06)

    super, la comparaison est saisissante.

  • #2

    Carmelo (vendredi, 30 octobre 2020 03:59)

    It truly is likely . An analysis indicates that partners having a lengthy sail tend to be much more inclined to divide. Know more about any of this all here. Newark divorce lawyer Rosalyn Charles discusses adult men's rights . <a href="https://divorceronline.com/washington/how-to-file-for-divorce-in-washington/">when was i divorced</a>

  • #3

    Jaden (vendredi, 30 octobre 2020 04:00)

    Common parenting after divorce thought of as being a valid alternative, and sometimes maybe was embraced how it's now. That has shifted. Just what could I really do to conserve some time and dollars? Family members law firm Ellen Mabry out of Houston, Texas replies more and this within this write-up. https://divorceronline.com/wisconsin/wisconsin-divorce-laws/